9 mars 2008

Topographie : Quelle Calculette sur le terrain ?


La formation suis son cours et nous avons fait un premier calcul de polygonation avec Covadis vendredi dernier ! Quels changements depuis les calculs manuels via formulaire et calculette (Excel est aussi une bonne alternative, bien que je lui préfère Open Office Calc pour la clarté avec laquelle il présente l'arborescence d'une formule complexe !). Cependant, il peut être nécessaire, sur le terrain, de faire rapidement un tel calcul (ou d'autres, du reste !). Alors, naturellement, se pose le problème du choix (non résolu à ce jour !) de la calculette idéale, robuste, compacte (ce qui exclut les graphiques), qui parle en gons / grades (ce qui exclut les Texas Instrument), facilement programmable (la Casio Graph 25+ n'est pas vraiment un modèle d'ergonomie à ce titre) avec une mémoire suffisante (je crois que 30 Ko doivent convenir), éventuellement, la possibilité native de gérer des listes ou tableaux et enfin, avec la possibilité de sauvegarde externe des programmes. Assez curieusement, cet oiseau rare n'existe pas (à ma connaissance) sur le marché, parmi le choix actuel.

Après quelques recherches sur internet et la lecture de forums, il semble que l'oiseau en question ressemble furieusement à une HP 41. Cette calculatrice n'est plus fabriquée. Disponible cependant sur le marché de l'occasion, il faut être attentif à l'état d'oxydation des contacts. Ce n'est pas (plus du moins) une solution crédible à mon sens. Malheureusement, HP n'observe plus les standards de qualité d'antan, tant au niveau du clavier qu'au niveau du processeur (l'HP 50 émule le processeur Saturn, ce qui n'est peut-être pas optimal !).
Dans mon précédent emploi, j'utilisais une Casio FX 4500 P (depuis une douzaine d'années en fait), à laquelle il manque malheureusement 30 Ko de mémoire (elle ne dispose que d'un petit Ko !) et la possibilité d'une sauvegarde externe. Familier de son mode de programmation, j'apprécie notamment le fait de ne pas avoir recours à une arborescence de sous-menu pour atteindre certaines fonctions, comme c'est désormais le cas sur les nouvelles générations Casio (celles que je connais en tous cas). Elle dispose en effet d'une rangée de touches supplémentaire et de 2 touches de fonction alternatives.
Disparus aussi les micro-ordinateurs programmables en basic (type Casio 850 P) qui permettaient, au prix d'un certain encombrement certes, de faire ce qu'on voulait !
HP a sorti récemment la HP 35s. Elle ne permet pas de sauvegarde externe mais comme son mode d'emploi est disponible en pdf, on peut se faire une idée de sa programmation. Il semble qu'il faille tromper la calculatrice pour afficher des message en clair (type FERMETURE = ) ce qui occupe de la place et complique le listing (et sa compréhension par un tiers). Par ailleurs, le libellé des programmes est réduit à sa plus simple expression. Il n'est par exemple pas possible de nommer un programme "POLYGO".
Reste l'option d'un PDA avec un programme de calcul topo. Je ne sais pas si de telles applications existent. Le PDA a cependant l'inconvénient d'une saisie délicate vu que généralement, il n'y a pas de clavier, ainsi que celle de l'autonomie, sans commune mesure avec celle d'une calculette.
Pour l'instant, en capacité mémoire, en programmation et en sauvegarde externe (cartes ou liaison PC), on est quasi condamné à la graphique, donc aux grandes poches !
Si vous avez des commentaires, n'hésitez pas !

1 commentaire:

laurent.dalon a dit…

J'utilisais une casio 850 P à l'époque, avec un programme d'ailleurs développé par un des professeur du lycée. C'est vrai qu'on pouvait vraiment tout faire avec, même si le prix à l'époque avait de quoi faire peur. Elle doit être dans un carton à la maison....